Maman-Kilibo au Bénin…

…du 30 janvier – 11 février 2012

3 journées à COTONOU Gérard et Thérèse Brayotel

+

4 journées à KILIBO en compagnie de François et Françoise Guillot
(touristes de la  famille de Thérèse non Joviniens)

+

3 journées de tourisme

Accompagnement, 
chaque fois que son travail lui permettait, 
de Séraphin, 
cheville ouvrière et moteur du jumelage.

Nous avons travaillé les quatre axes du jumelage 
– y compris les parrainages – 
avec les partenaires Jean ATCHADE et Samuel ALAMOU à COTONOU, 
et sur place à Kilibo avec les autres en fonction des différents projets.

Accueil toujours aussi agréable, chaleureux, plein de sollicitudes 
tant à Cotonou qu’à Kilibo par nos partenaires et la population…

 

Notre arrivée à Cotonou a permis 
que le rechargement des colis du conteneur 
puisse se faire et qu’ils soient acheminés à Kilibo
grâce à l’énergie et l’efficacité des 8 étudiants 
qui avaient répondu « présents » :

Échange sur l’amélioration de la réception des conteneurs avec nos partenaires :

L’intervention de Monsieur Prudence GABA
auprès du Ministère des Affaires étrangères
a été décisive.

 

Au CEG de Kilibo :

Réception, par l’équipe de foot de la ville de Kilibo “les Faucons,
des maillots et ballons offerts par la ville de Joigny et Joigny-Baobab : 

Les élèves du club Marie-Noël :

Le jardin du club Marie-Noël :

Initiative du club Marie-Noël et du club “Journal pour la Salubrité” :

Les écoliers :

Les 3 classes à qui nous avons apporté des courriers de leurs correspondants de Joigny ont été ravies.
Nous avons joué le facteur également à notre retour.

 

Les jardiniers agriculteurs :

L’eau s’est retirée d’une grande surface de la retenue vue en novembre 2011.
La terre semble de bonne qualité.


Ils ont  ensemencé et repiqué des tomates, du gombo et des épinards en plusieurs parcelles.


Il reste des espaces encore à cultiver.
Ces terres appartiennent à l’un d’eux donc pas de risque de reprise par d’autres.
L’eau est encore disponible, espérons qu’il y en aura suffisamment jusqu’aux récoltes.

Le champ au delà de la gare a été cultivé sur 3 hectares. 

Une cabane est en cours de construction.
Un manœuvre reste sur place pour garder les ignames qui sont  arrachés et en silo.

De l’igname grillée au feu de bois c’est délicieux.

Actuellement  on voit du manioc et des restes de cultures de haricots.

 

 Les rizicultrices :

Rencontrées plusieurs fois pour préciser leur projet
– équipement d’une décortiqueuse, étuveuse, et différents matériels,
forage d’un puits et construction d’un bâtiment –
et recueillir suffisamment d’informations pour établir un dossier de demande de subvention.
Grâce à la présence de Lisa, Américaine volontaire du Corps de la Paix ,
animatrice et formatrice pour la gestion,
le dossier avance.

 

D’autres groupes féminins souhaitent de l’aide, par exemple :
renouveler le don de gants spéciaux pour préparer les noix de cajou.

La coopérative des producteurs de noix de cajou
a augmenté son nombre d’adhérents,
avec celle de Tchaourou,


ils ont des contrats de vente.
La récolte commence,
l’espoir de meilleures ventes est là.

 

Au Centre de santé les personnels furent ravis des dons de matériels offerts par la mairie de Joigny…

Mais on peut encore les aider ! 

Chacun croit que la fée électricité résoudra beaucoup de problèmes. Illusion difficile à contrer ! 

La ville s’accroît aux deux extrémités, vers Parakou et le CEG :
un nouveau bureau de l’arrondissement,
une gare routière ( taxis auto-motos),
le commissariat de police,
des  échoppes municipales à louer.

Vers Savé et Galilée 2,
des habitations,
des projets à finaliser.

 Peut-être que la réunion autour du Maire
des délégués communautaires
– au nombre de 7 par arrondissement, dont Odette Ayeguede –
pour faire le bilan des actions municipales de l’année 
– le jour de notre départ –
sera utile.

 

La visibilité du jumelage a été discutée avec différents interlocuteurs.
Une « maison du jumelage »
qui regrouperait tous les documents depuis 16 ans
et accessible à un public
verra peut-être le jour,
de même que un dépliant
de présentation de Kilibo et alentours.

 

Nous avons eu de très bonnes rencontres
avec les étudiants de PARAKOU et de COTONOU.

Selon les matières, il manque encore quelques résultats,
mais globalement ces résultats sont très bons.

5 jeunes pour terminer leur maîtrise ont un mémoire à rédiger.


Nous avons bien  échangé sur leur avenir professionnel.

 

 Vive le jumelage Joigny-Kilibo !